VW, qui, notamment aux Etats-Unis, reflète une image de constructeur premium « modèle », a admis avoir triché, suite aux découvertes de l’agence environnementale américaine (EPA), qui lui reprochait d’avoir installé un mécanisme cachant le niveau réel d’émissions polluantes sur certains de ces modèles diesel.

VW a développé un logiciel espion qui détecte les tests de pollution et qui active un mécanisme de limitation des gaz polluants lors de ces tests. Ainsi, la voiture peut passer le test sans problème recevoir les autorisations de mise en circulation nécessaires. Lors de la conduite “normale” le logiciel désactivait le mode « écologique » précité. Des centaines de milliers de véhicules vendus à travers le monde sont concernés. L’action du groupe a chuté d’un quart.

Auto goal

“Mais à quel point un groupe mondial peut-il être bête ?” relève la Frankfurter Rundschau en Allemagne. Pour le quotidien, cette tricherie est non seulement frauduleuse, mais aussi “incroyablement stupide”. “Le risque de se faire attraper était grand, surtout vu qu’une importante association de consommateurs [allemande] se plaint depuis des années de fausses informations sur la consommation d’essence et les valeurs de pollution. Les dégâts sont énormes.”

Spiegel Online, relève que VW n’est pas mise en danger par ce scandale mais que son image risque d’en prendre un sérieux coup.  Le site rappelle que la justice américaine ne fait pas de cadeaux en matière de criminalité économique.

Les avocats sont déjà dans les starting blocks, avec des plaintes pénales déposées à l’encontre du constructeur.